Accord 

Accorder un piano consiste à retendre l'ensemble des cordes de l'instrument pour que chaque note soit correctement réglée et sonne juste. Cela permet que le piano délivre la performance pour laquelle il a été conçu.

Aucun piano n'échappe à la nécessité d'être accordé régulièrement, même s'il n'est pas joué : en effet, les cordes perdent peu à peu leur tension initiale sous l'effet notamment des variations de température, et le piano ne sonne plus juste.

On pourrait penser que ce n'est pas très grave d'avoir un piano faux, surtout si on ne l'utilise pas. Après tout, ce ne serait qu'une question d'esthétique. Hélas, ne pas accorder un piano peut, à terme, provoquer des dégâts importants sur sa structure harmonique.

En effet, lorsque les cordes sont très détendues, la remise en tension peut générer de tels efforts que le sommier qui supporte les chevilles n'y résistera pas. On se retrouve alors avec un piano qui ne tient plus l'accord. Et dans ce cas, les coûts de remise en état sont le plus souvent supérieurs à la valeur du piano. Autant dire que le piano est fichu.

Le plus souvent, un piano qui n'a pas été accordé depuis quelques années nécessitera une remise à niveau – ce qu'on appelle une mise au ton – avant de pouvoir être accordé.

C'est pourquoi il est indispensable d'accorder son piano au moins une fois par an. C'est d'ailleurs une condition pour conserver le bénéfice de la garantie, que le piano soit acheté neuf ou d'occasion.

 

L’harmonisation

L'harmonisation d'un piano est un réglage qui intervient sur les feutres des marteaux.

Trop souvent ignorée, l'harmonisation joue pourtant un rôle essentiel dans le timbre et la couleur du son du piano.

Un piano parfaitement accordé peut avoir un son désagréable parce qu'il n'est pas correctement harmonisé.

Pour comprendre le rôle de l'harmonisation, une simple image suffit : si on frappe les cordes avec un caillou, on n'obtiendra pas le même son que si on les frappe avec une pomme de terre.

Si les feutres qui recouvrent les marteaux sont trop doux, le son sera étouffé et mat.
S'ils sont trop durs, ce qui est le cas le plus fréquent, le son sera trop clair et brillant, avec une résonance métallique désagréable.

En effet, avec les années, les feutres ont tendance à se tasser et à perdre leur élasticité initiale. De plus, ils se creusent à l'endroit où ils frappent les cordes, ce qui fait que la percussion n'est plus correcte.

L'harmonisation est donc nécessaire à intervalles réguliers, pour permettre aux feutres de retrouver leur qualité initiale. On commence tout d’abord par poncer les feutres pour rendre leur surface de nouveau parfaitement lisse ; puis le technicien va piquer les feutres avec un outil spécial pour leur rendre leur souplesse.

Une harmonisation peut également être faite sur un piano dont les feutres sont en parfait état mais dont on souhaite modifier le timbre ou la couleur. En fonction du résultat recherché, l'harmonisation consiste donc soit à augmenter la souplesse des feutres en les piquant pour diminuer la brillance du son, soit à la diminuer par un ponçage très léger afin d’obtenir un son plus clair.

 

Le réglage de la mécanique

Si les spectateurs jugent un piano par la qualité de sa sonorité, le pianiste, lui, juge un piano autant par sa sonorité que par son toucher.

Certains vont préférer un toucher léger là où d’autres préféreront un toucher plus lourd. Plus un pianiste sera expérimenté, plus il recherchera un toucher nerveux et rapide, capable de répondre à la moindre de ses sollicitations.

Ce toucher du piano est directement lié aux caractéristiques de la mécanique dont il est équipé. Il varie d’une marque à l’autre : certaines marques comme Bechstein sont réputées pour avoir un toucher léger, d’autres comme Grotrian Steinweg un toucher plus lourd. Cela relève de la conception de l’instrument et il n’est pas possible de transformer un toucher lourd en un toucher léger par un réglage de la mécanique.

En revanche, un réglage de la mécanique permet d’optimiser le toucher par rapport à ses caractéristiques initiales.

Mais surtout, comme tout système mécanique, un piano doit être réglé régulièrement pour compenser l’usure liée à son utilisation et conserver ses performances. Quand on sait qu’il existe, pour chaque note, 25 points de réglage sur un piano droit et 35 points sur un piano à queue, on comprend l’impact que peut avoir un réglage sur la performance du piano.

En fonction de l’usage qu’on en fait, un piano aura besoin d’être réglé plus ou moins souvent : c’est le rôle du technicien qui « suit » le piano en l’accordant une à deux fois par an de dire si la mécanique a besoin ou non d’être réglée.

En tout cas, il ne faut pas attendre que des touches restent enfoncées pour agir.

 

  

Les tarifs :

Prix TTC

Piano droit

Piano à queue

Accord

120 €

130 €

Harmonisation

Sur devis

Autres interventions

Sur devis